Journée d’action du 14 novembre 2012

Objet : Lettre « Action du 14 novembre 2012 » (courrier de la CFE-CGC aux Fédérations et Unions)

 

Cher(e) Collègue,

 

La Confédération Européenne des Syndicats (CES) lance une nouvelle journée d’action (grèves, manifestations…) le 14 novembre prochain afin de lutter contre les plans d’austérité mis en place par les différents gouvernements en Europe.

La CFE-CGC ne s’associe ni à cette journée d’action du 14 novembre prochain (quelle que soit la forme de l’action), ni aux réunions intersyndicales de préparation.

Dans un contexte de crise sans précédent, il n’est pas question pour nous, CFE-CGC, de risquer de fragiliser encore un peu plus la santé financière des entreprises.

Une journée de manifestations et de grèves dans tout le pays est de nature à paralyser un peu plus notre économie française déjà bien mise à mal.

De nombreuses TPE et PME/PMI risquent l’asphyxie avec cette action.

Notre organisation pratique un syndicalisme responsable, en mettant au même niveau l’intérêt des salariés (et plus particulièrement de l’encadrement) et celui des entreprises privées comme publiques.

La grève ou la manifestation n’est pas aujourd’hui la réponse adaptée.

Nous préférons proposer et encore proposer afin de trouver des pistes de sortie de crise plutôt que d’aller bloquer le pays ce qui l’enfoncera encore plus dans la crise.

Je compte sur chacune et chacun de vous le 14 novembre 2012 pour être encore plus présents ce jour là aux côtés de nos adhérents et militants en entreprise pour leur expliquer cette démarche.

 

Cordialement.

                                                                                         Carole COUVERT

                                                                                       Secrétaire Générale

CPN 52 du 10 janvier 2012 : communiqué

La CGC-CMA n’a pas siégé ce jour en CPN52 afin de montrer son profond désaccord sur les résultats tronqués de la parité telle qu’elle est conçue au sein du réseau.

La CGT et FO ont fait ce même choix, contrairement à la CFDT qui, avec ses trois élus, a permis la tenue de cette réunion.

Le collège employeur n’est plus à l’écoute des salariés qui sont les principaux garants du bon fonctionnement de nos établissements et dont les conditions de travail et les rémunérations ne cessent de se détériorer.

Le contexte de RGPP, le gel du point d’indice, les modalités de cumul d’activité, l’accroissement de la charge de travail sur les cadres et les agents sans contrepartie sont des points qui ne trouvent pas écho du côté du collège employeur et de l’Etat.

L’argument de la rigueur budgétaire, souvent avancé, ne tient pas face aux inégalités qui se creusent entre les différentes catégories de salariés.

La CGC-CMA appelle donc de ses vœux une réflexion des organisations syndicales dans leur ensemble. Celles-ci doivent être déterminées et surtout unies pour corriger ces déséquilibres et peser de tout leur poids sur les décisions à venir.

Bruno DELECROIX

Président CGC-CMA